Le pouvoir inédit et démesuré des experts

Vous trouverez au lien suivant ma chronique parue dans L’Echo le 14 mai dernier, et consacrée au pouvoir que le gouvernement belge a cru bon de conférer aux experts du GEES. Il est bon de préciser que ma critique ne concerne pas la place prise par les experts en général, qui sont tout à fait nécessaires dans une telle période de crise. Le problème est précisément le fait d’avoir donné autant de pouvoir à une catégorie d’experts très restreinte au détriment des autres. Si l’on reste dans le domaine médical, il faut constater que toute une série de disciplines ont été mises de côtés : psychologues, pédiatres, et médecins généralistes. Mais le problème n’est pas seulement une question de discipline. Pour s’en convaincre, je vous recommande la récente interview de Nathan Clumeck, expert en maladies infectieuses, parue dans La Libre Belgique. Si la gestion de l’épidémie en Belgique avait été confiée à M. Clumeck, ou simplement s’il avait été davantage écouté, les choses auraient certainement été différentes. Vous trouverez une mise à jour et un approfondissement de cette réflexion dans le billet Les écoles, l’expert et le politique.

Tout récemment, les experts du GEES ont innové dans leur relations avec les autorités politiques. Dans un rapport qui a opportunément fuité, ils se montrent extrêmement critiques à l’égard de celles-ci. Comme un professeur qui noterait un (mauvais) élève, le GEES pointe en rouge les domaines où rien n’a été fait et en orange là où les avancées sont insuffisantes. Ou quand le pouvoir conféré par le politique se retourne contre lui.

Enfin, notons que si la situation du pouvoir donné aux experts est particulière à la Belgique, la réflexion à ce sujet a lieu dans d’autres pays. Au Québec, le pouvoir a largement été concentré autour d’un seul expert, Horacio Arruda, directeur du service de santé publique de la province. Radio Canada lui a consacré un article, Le Dr Arruda et le pouvoir, fort intéressant.

Commentaire(s)

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *